schiappa

« Le foot féminin est-il le contre-pied de ces tendances ? Quand on a pour mission de développer l’égalité hommes/femmes, c’est un immense chantier, non ?
Le foot, c’est la testostérone poussée à son paroxysme avec la glorification des normes masculines du pouvoir : l’esprit de clan, de compétition, le fait de s’encourager dans une virilité compétitive et une démonstration de force des hommes entre eux. En face, la place des femmes se révèle assez restreinte. Regardez comment Margarita Louis-Dreyfus avait été traitée avec des banderoles misogynes style « retourne à ton vrai métier femme au foyer » . La place des femmes dans le foot est difficile. Ou on est wags, des femmes de footballeurs, ou on est des supportrices qui doivent se justifier en permanence du pourquoi du comment. De même, le foot féminin et les joueuses sont assez mal connus. Moi-même, je connais assez mal, je maîtrise bien mieux le foot masculin. Après se pose aujourd’hui un autre problème, l’injonction à l’ultra-féminité. Pour vendre aujourd’hui le foot féminin, le rendre attractif, on mise sur l’hyper-sexualisation des femmes. Il s’agit de créer un marché. Il faut avoir des droits télé, pour cela il faut évoluer dans des beaux stades, pour que les stades soient remplis, il faut des supporters, pour en avoir il faut des bonnes joueuses, donc des centres de formation, etc. Cette économie n’existe pas vraiment pour le foot féminin. Il s’avère donc plus facile par paresse intellectuelle des vouloir sexualiser les joueuses, en les mettant en scène dans des pauses plus ou moins suggestives ou lascives. C’est quelque chose que n’expérimentent pas les footballeurs. Même les plus moches, et je ne donnerai pas de noms (Rires), seront jugés sur leur jeu et leurs stats, sur leur talent, et ils auront leur maillots floqués vendus dans les supermarchés. Ce n’est toutefois pas propre au foot. Le corps de la femme est toujours et d’abord exposé sous l’angle de la beauté et de la séduction. Ces stéréotypes sont dominants, avec l’homme fort et la femme passive. Toutefois, paradoxalement, le foot peut y répondre, en démontrant aux filles qu’elles peuvent devenir actrices, performantes, avant tout comme sportives. Justement, à l’occasion de la Coupe du monde féminine en 2019 chez nous en France, nous allons essayer de transformer les spectatrices en sportives, et ensuite de rendre les stades plus accueillants pour les femmes. »

http://www.sofoot.com/marlene-schiappa-il-ne-faut-pas-surcharger-le-monde-du-foot-456065.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s